Intervention en séance publique – Proposition de résolution sur l’appui de l’UE à la mise en place d’un mécanisme de justice transitionnelle à dimension internationale en Irak

mercredi 23 janvier 2019 par Jean-Marie Bockel

Proposition de résolution sur l’appui de l’UE à la mise en place d’un mécanisme de justice transitionnelle à dimension internationale en Irak

Paris le 22 janvier 2019

Jean-Marie BOCKEL est intervenu ce jour en tant qu’orateur du Groupe Union Centriste lors de l’examen en séance publique de la Proposition de résolution sur l’appui de l’UE à la mise en place d’un mécanisme de justice transitionnelle à dimension internationale en Irak.

Pour Jean-Marie BOCKEL, la mise en place de ce mécanise est nécessaire afin d’éviter la vengeance sourde suite aux horreurs commises par Daesh et permettre la reconstruction du pays et la réconciliation des communautés.

De manière liminaire, il a rappelé que la présence des chrétiens au Moyen-Orient est bien antérieure à l’arrivée de l’Islam et qu’ils sont partie intégrante de l’identité de la région.

Il a ensuite souligné que l’émigration des minorités (chrétiens et religions syncrétique) s’est accélérée massivement ces dernières années en raison de la guerre. Ceux qui ont émigré dans les pays de la région, essentiellement limitrophes, aspirent à revenir dans leur pays. Or, aider les minorités à rester en Orient contribue également à consolider un front contre l’extrémisme.

Jean-Marie BOCKEL a ensuite rappelé que la guerre contre Daesh n’est pas terminée en Syrie. Or cette proposition de résolution trouve un écho particulier au regard de l’annonce le mois dernier du retrait programmé des forces américaines de Syrie. Cela donne un rôle crucial à l’Irak comme base arrière dans la lutte contre Daesh.

Jean-Marie BOCKEL a ensuite salué l’annonce la semaine dernière d’un prêt de la France d’un milliard d’euros sur quatre ans à Bagdad. Cela s’inscrit dans la continuité de l’engagement constant de la France aux côtés du peuple et du gouvernement irakien pour la mise en œuvre d’une politique de réconciliation nationale et pour reconstruire le pays.

Enfin, il a souligné que l’UE s’est fortement impliquée dès 2003 pour soutenir les efforts de reconstruction de l’Irak. L’enjeu aujourd’hui consiste à soutenir le Gouvernement Irakien à mettre en œuvre une réforme de la justice et à procéder à un alignement du droit irakien sur certains standards internationaux. Par-delà l’Irak, il en va de la stabilité de toute la région.

Pour le Sénateur, la question de la justice transitionnelle en Irak s’inscrit dans le cadre plus large de la lutte contre le terrorisme et de ses effets résiduels, avec notamment l’enjeu des « revenants » (djihadistes originaires de l’UE). L’Europe a d’autant plus intérêt à soutenir la justice irakienne que cela sert sa propre protection

S’inscrire à ma Newsletter pour rester en contact

Twitter

Facebook