« L’état de la base industrielle de défense européenne »

jeudi 12 octobre 2017 par Jean-Marie Bockel

« L’état de la base industrielle de défense européenne »

Paris, le 12 octobre 2017

Jean-Marie BOCKEL, Sénateur du Haut-Rhin, ancien Ministre et rapporteur général de la Commission de l’économie et de la sécurité de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, a présenté lundi 9 octobre 2017 en séance plénière à Bucarest une résolution sur la base industrielle de la défense européenne, adoptée samedi par la commission. La résolution a été votée à l’unanimité.

Cette résolution invite instamment les gouvernements et les parlements des pays membres de l’Alliance atlantique, et en particulier les membres européens de cette Alliance :

  • à redoubler d’efforts pour consacrer au moins 2% de leur PIB à la défense et plus de 20% des budgets de la défense à des équipements majeurs, y compris aux travaux connexes de recherche et développement ;

  • à restructurer les budgets de la défense et poursuivre des initiatives profitables, telles que la mutualisation et le partage des capacités militaires, le renforcement de la coopération en matière d’acquisition, et des échanges commerciaux économiquement sensés d’équipements de défense ;

  • à consentir sans délai à des investissements à long terme dans des capacités de défense susceptibles d’accroître la sécurité nationale et collective ;

  • à abaisser le niveau de fragmentation de l’industrie de défense et parvenir à des niveaux d’efficience nettement supérieurs en matière de dépenses de défense, à l’échelle tant européenne que transatlantique ;

  • à approfondir le marché européen de la défense, définir des exigences partagées, se mettre d’accord sur des solutions technologiques communes, et enfin, passer d’importantes commandes multinationales qui abaissent réellement les coûts unitaires ;

  • à réduire la fragmentation de l’industrie de défense avec souplesse, de manière à laisser la porte ouverte à des entreprises de coopération bilatérales, régionales, voire multilatérales dans certains cas, entre Alliés et même avec des pays partenaires ;

  • à élaborer un Livre Blanc sur la défense européenne visant à fournir une vision stratégique servant de catalyseur à ces processus de planification collective de la défense, d’acquisitions conjointes et de consolidation de la base industrielle ;

  • à veiller à ce que, en dépit du Brexit, le Royaume-Uni reste pleinement engagé dans le processus de coopération de l’industrie de la défense et le développement de programmes multinationaux ;

  • à intensifier la coopération entre l’UE et l’OTAN afin de s’assurer que les principaux acteurs qui façonnent les marchés de part et d’autre de l’Atlantique œuvrent dans un même esprit en matière de défense et de sécurité.

S’inscrire à ma Newsletter pour rester en contact

Twitter

Facebook